Pourquoi l’entreprise est dans son rôle quand elle s’occupe du stress de ses collaborateurs ?

Photo MasimbaTinasheMadondo CC

Les entreprises ont tout à gagner à former leurs collaborateurs à la gestion du stress, y compris en les aidant à rechercher l’harmonie entre leurs valeurs et celles qu’ils peuvent exprimer dans le travail.

 

 

 

Diminuer le stress des individus n’est pas la fonction première des managers. Ils sont d’abord choisis et motivés pour atteindre des objectifs de création de valeur.

Cependant le stress est capable de faire perdre beaucoup d’argent à une organisation. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : entre 50 et 60 % de l’ensemble des journées de travail perdues sont liées plus ou moins directement au stress ([1]). Il est donc utile de prendre en compte cette réaction émotionnelle dans le management.

 

Qu’est-ce que le stress ?

Le stress résulte d’une double évaluation que fait l’individu d’une situation : il évalue d’abord une menace et en parallèle les ressources dont il dispose pour y faire face. L’intensité est maximum quand les solutions semblent insuffisantes pour faire face au danger.

En entreprise, la principale situation facteur de stress est la charge de travail, quand l’individu se sent dépassé dans sa tentative d’y répondre (par exemple, parce qu’il est trop souvent interrompu). Sont également cités les changements (réorganisations, etc.), les frustrations dans la reconnaissance de sa valeur, et les relations sociales professionnelles (surtout avec la hiérarchie).

Certaines techniques de management valorisent le stress. En effet, dans un premier temps, niveau de stress et performance croissent ensemble, car l’individu se mobilise fortement pour trouver une résolution. Mais si le stress continue d’augmenter, la performance chute.

 

Les conséquences du stress professionnel

Si la pression devient continue, d’autres conséquences alarmantes peuvent apparaître : dépression, burn-out, maladies cardiovasculaires, troubles musculo-squelettiques. Près de 20 % des dépenses de la branche accidents du travail/maladies professionnelles de la Sécurité sociale sont liées au stress. Une charge indirecte pour les entreprises, qui vient s’ajouter aux conséquences opérationnelles en cas d’absence des collaborateurs.

L’épuisement professionnel (« burn-out ») est sans doute l’une des complications les plus sévères. Il se caractérise par un épuisement émotionnel, une attitude négative ou détachée envers les autres et un regard négatif de l’individu sur ses accomplissements personnels et professionnels.

Selon le Bureau international du travail les interventions pour réduire le stress au travail peuvent être primaires (réduire les sources de stress), secondaires (aider les individus à développer des capacités à faire face au stress) et tertiaires (prendre en charge les individus affectés par le stress).

 

Formations et coaching

Les formations à la gestion du stress permettent aux individus d’apprendre à gérer leur temps et leurs priorités, à mieux se positionner dans les situations conflictuelles, à s’approprier leurs émotions. Elles peuvent aussi proposer des clés pour une meilleure hygiène de vie (relaxation, activité physique, éducation nutritionnelle, aide au sevrage tabagique).

Dans une approche coaching, le collaborateur peut aussi s’intéresser à l’harmonie entre ses valeurs et celles qu’il peut exprimer dans son travail. Le décalage entre ces deux polarités est très souvent en cause dans la souffrance au travail, notamment dans les situations de burn-out ([2]). En se branchant sur les valeurs qui résonnent le plus pour lui, l’individu peut redécouvrir sa motivation et oser apparaitre de façon plus affirmée dans son environnement.

 

Stress et prise de parole en public

La prise de parole en public génère un stress particulier, le trac. Pour préparer une intervention devant un groupe ou face à une caméra, il est intéressant de travailler en même temps sur les techniques de gestion du stress, la construction de votre message et l’affirmation de vos valeurs. L’impact sera augmenté, votre pensée plus claire et vous trouverez du plaisir pendant la rencontre avec le public, même si ce moment vous fait peur par anticipation. Consultez cet article pour découvrir une étude de cas ou contactez-moi pour en savoir plus.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[1] D’après Légeron Patrick, « Le stress professionnel », L’information psychiatrique, 2008/9. Ce papier est inspiré de cet article.

[2] Canoui P, Mauranges A. « Le burn-out ». Paris : Masson, 2004.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *